Guéant au colloque de l’UNI : offusqué oui, surpris non

BILLET DUR DU PÈRE DENIS

Que pouvait-on attendre des propos du Ministre de l’Intérieur devant un public choisi sinon la tentative de lancement d’un débat nauséeux. C’est bien ce qu’on a eu et rien ne justifie que l’on engage ce débat sur un terrain choisi pour servir ses amis.

Par contre, on peut s’interroger sur le fait qu’un Ministre de l’intérieur en exercice aille se commettre dans une organisation étudiante d’extrême droite.

L’extrême droite a toujours été présente dans notre pays, soit intégrée dans la droite classique soit dans une organisation spécifique, il en est ainsi au moins depuis Mr THIERS qui a toujours places et statues en passant par la période nazie qui a toujours ses nostalgiques.

Si on s’intéressait un peu au parcours de ceux qui nous gouvernent, on serait un peu moins surpris de leurs positions actuelles.

Dans la première équipe d’Occident, en 1964, il y avait Patrick Devedjan, Gérard Longuet, Alain Madelin, Claude Goasgen, Hervé Novelli. Occident a été dissous en 1968. Ils sont tous là aujourd’hui a des postes de décideurs. Si on s’attarde un peu sur Longuet, il a passé par le GUD puis Ordre Nouveau avec Claude Goasgen, il a été rédacteur du programme du Front National en 1972, rappelons également qu’Ordre Nouveau a été dissout en 1973. Longuet a également un incroyable parcours judiciaire, à donner en travaux pratiques à la Fac d’Assas, du rôle des lois d’amnistie dans les affaires politico-financières. Toujours sans entrer dans les détails on peut noter que Alain Madelin et Hervé Novelli ont tous deux fait des piges pour l’IST de Georges Albertini qui pendant la guerre avait été l’adjoint de Déat et qui avait connu en cellule Hyppolite Worms (de plus amples détails dans « les truands du patronat de Marcel Caille). On pourrait aussi suivre l’Instruction concernant les caisses noires de l’UIMM.

Il ne me reste plus qu’à citer quelques anciens membre s de l’UNI tels que Fillon, Accoyer, Hervé Morin, Sarkosy, Alliot Marie, Copé etc etc, et quelques slogans « libérons la France des syndicats » « Non à la France bloquée oui au service minimum » « 35 heures partout, emploi nulle part ».

On n’est pas surpris de voir déchirer une à une les pages du code du travail, le renard doit être libre dans un poulailler libre, le droit de grève doit être sévèrement réglementé, tous les secteurs rentables de l’économie privatisés……… il faut pour cela les bons hommes aux bonnes places.

C’est ainsi que le capitalisme est grand

Père Denis