L’Europe livrée aux marchés : à chacun sa responsabilité

BILLET DUR DU PÈRE DENIS

La position de la majorité des parlementaires Socialistes sur la ratification du traité instituant le mécanisme européen de stabilité aura nécessairement des répercussions sur la construction d’une alternative de gauche dans notre pays.

Les conditions d’élaboration et de ratification de ce traité sont une nouvelle fois un déni de démocratie.
Une première fois le peuple français a été spolié de son vote au référendum, il y a aujourd’hui récidive avec le laisser faire coupable d’un grand nombre de députés et sénateurs socialistes qui tous ont eu besoin des voix communistes et autres divers gauche et écologistes pour être élus.

Le mécanisme mis en place par ce traité donne pouvoir à la commission d’imposer la politique d’austérité et de régression sociale exigée par les marchés, et rejetée par les organisations de salariés qui le font vigoureusement savoir de manière unitaires et sous des formes diverses dans tous les pays d’Europe.

Il n’est pas trop tard pour le candidat socialiste de s’engager à organiser sans délai, s’il est élu un référendum sur un traité signé par un Président désavoué.

Pour le moment, il est clair que le vote utile est le vote Mélenchon.

Pour les législatives, cet épisode plus que regrettable viendra s’ajouter aux manœuvres constatées dans toutes les dernières élections.

Tout cela étant rappelé, il ne s’agit pas de laisser la droite au pouvoir pour que les socialistes soient plus courageux dans l’opposition. Rappelons-nous que l’on ne perd jamais ses illusions, mais qu’on les change. Nous saurons choisir notre camp.

La finance, les patrons du CAC 40 ont choisi le leur.

C’est ainsi que le capitalisme est grand

Père Denis