Ca y est, Hollande s’attaque aux banques. Il privatise le crédit immobilier de France

BILLET DUR DU PÈRE DENIS

Décidément Hollande dont on a pu constater à quel point il voulait montrer qu’il s’inspirait de Mitterrand semble avoir choisi une stratégie bien différente de celle de 1981, trente ans déjà, il vaut mieux rappeler quelques mesures prises jusqu’en 1983,
10% sur le SMIC, 20% pour le minimum vieillesse, 25% pour les allocations familiales, 25000 créations d’emplois dans les services publics, réduction de la durée légale du travail, 5ème semaine de congés payés, la retraite à 60 ans, des droits
nouveaux pour les salariés et leurs représentants…

En 1983, c’est le tournant de la rigueur, sous la pression de l’Europe, Mauroy se soumet aux propositions de Delors et Fabius, hausse des taxes vignette auto, alcool, tabac. Hausse du forfait hospitalier et de l’essence. Hausse des tarifs EDF, GDF et
SNCF…

Cette fois Hollande choisi la stratégie inverse et inflige la cure d’austérité dès le début de son mandat, peut être espère-t-il une amélioration au moment de la campagne pour sa réélection?

L’expérience de son entourage ne risque pas de lui faire défaut, 30 ans après, ce sont pour l’essentiel les mêmes qui sont aux postes clés ! « les nouveaux chiens de garde » veillent.

Il s’en suit que les dividendes et intérêts versés progressent de plus de 5% en 2012 avec des inégalités en faveur des entreprises du CAC40, et que le gouvernement, au nom de la compétitivité s ‘attaque au « coût » du travail. Comme le dit la chanson : « c’est toujours l’pov ouvrier qui trinque »

Pour donner un signe fort, Hollande distribue aux banques privées l’activité du Crédit immobilier France, encore une exigence de l’Europe qu’il a sans doute oublié de renégocier !

C’est ainsi que le capitalisme est grand

Père Denis

Publicités