Les « va-en-guerre » mentent « monumentalement »

BILLET DUR DU PÈRE DENIS

Hollande, Ayrault, Fabius, LeDrian, Valls notamment ont décidé dans le cadre d’un conseil de défense de l’entrée en guerre de la France au coté du gouvernement du Mali confronté à une guerre civile.

Cette intervention n’a pas lieu sous mandat de l’ONU, les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU ne peuvent en aucun cas être interprétées comme un droit
d’intervention militaire de notre pays.

On nous dit que la France a répondu à une demande du gouvernement Malien faite dans le cadre d’un accord de défense.

La moindre des choses serait de communiquer le texte de cet accord, avec qui a-t-il été signé, à quelle date. Pour l’instant seul le remplaçant de Foccard semble être au parfum.

Sur les intérêts en jeu, j’ai du mal, il y a bien d’importantes mines d’or au Mali, mais je doute qu’elles paient les frais d’une opération qui s’annoncent colossaux (quid de la réduction des dépenses)

Sur le fond du problème concernant les Touareg, je note que le problème est ancien, date de la colonisation, que ce peuple à l’instar des Kurdes n’a pas de patrie, est dispersé dans différents États dans des conditions le plus souvent difficiles. Que ces conditions facilitent l’influence de Djihadistes est sûrement une réalité, mais attention à ne pas transformer en terroristes tous les opposants à un désordre établi.

A ce jour la guerre menée par la France n’est pas clairement justifiée sur le plan du droit.

Comme d’habitude dans une guerre, seul l’intérêt des marchands d’armes est garanti, on liquide les stocks (réécoutez les petits marchés de Boris Vian « canons en solde »).

C’est ainsi que le capitalisme est grand

Père Denis