Le personnel toujours en grève : ils réclaments plus de moyens pour le nouvel hôpital

Article du Parisien du 02/02/2013 par G. Cordillot

« Ni bonnes, ni nonnes, ni pigeonnes ». C’était le slogan des agents hospitaliers grévistes qui manifestaient, hier matin, sur le marché de Lagny-sur-Marne. Une trentaine d’entre eux battaient le pavé pour faire signer une pétition aux ménagères, en distribuant un tract qui disait en substance : « le personnel n’arrive plus à vous soigner, à s’occuper de vous, à répondre à vos demandes ! Il manque des infirmiers, des aides-soignants, des brancardiers, des personnels de nettoyage, des médecins, des informaticiens, des ouvriers, des administratifs… »

Les agents n’hésitaient pas à parler « d’un hôpital neuf low-cost, pour des soins au rabais ». « En plus, vous avez des difficultés à nous joindre, à prendre des rendez-vous, un parking privé que vous paierez, des services privés dans l’hôpital public, vous attendrez des heures aux urgences ». Bref, un raté total à en croire ces derniers, qui vont même plus loin. « Nos patients sont en danger, assure une aide soignante.
Nous manquons de surveillants et les repas ne sont pas adaptés aux régimes prescrits par les médecins ».

Une assemblée générale lundi
Des affirmations que réfute en bloc Martine Ladoucette, à la tête des trois hôpitaux de Jossigny, Meaux et Coulommiers. « Je m’inscris en faux contre cette affirmation de dangers pour les patients. Les ratios de personnel sont calculés avec les moyennes nationales et nous sommes tout à fait dans les normes pour les services comme la réanimation ou la chirurgie par exemple ». Et la patronne précise : « Nous allons chiffrer les moyens qui viendraient à manquer par catégories et secteurs d’activité. Si nous constatons effectivement des besoins, nous rééquilibrerons en réalisant des économies ailleurs ».
Elle conclut : « Mais quand dans certains services, on arrive jusqu’à 30% des personnel absent, il est certain qu’on ne peut pas assurer la même qualité de sécurité aux patients qu’en temps normal…»

Hier soir, les grévistes déclaraient poursuivre leur mouvement. « Lundi, nous continuerons à faire signer la pétition sur le site de l’hôpital, cette fois, explique Corrine Bessonies, secrétaire du syndicat CGT de l’hôpital. A 13 heures, nous tiendrons une assemblée générale. Ensuite, le député PS Eduardo Rihan Cypel nous rencontrera. Nous définirons à cette occasion les prochaines actions à mener dans les jours à venir».