Intoxication

BILLET DUR DU PÈRE DENIS

C’est avec certitude que l’on peut dire que l’on est face à une campagne d’intoxication menée par le gouvernement qui cherche à racler les fonds de tiroir, à Migaud toujours prêt à proposer des solutions pour faire les poches, aux écolos qui cherchent à se refaire une santé après une sérieuse indigestion de couleuvres, aux journalistes qui rêvent de redevenir crédibles en répondant à une vraie préoccupation par un faux
débat.
C’est un fait que l’air que l’on respire est pollué, les causes en sont multiples, et la circulation automobile en est une.
Je note qu’il n’est pas question dans le débat des milliers de camions qui sillonnent nos routes, alors qu’il est possible de faire autrement.
Le point de départ de la réflexion vient de la découverte d’une perte fiscale de 7 milliard d’Euros du fait que le carburant diésel est moins taxé.
L’argument risquait de faire tousser plus que les particules.
Quand ma mère me flanquait une gifle, le plus souvent méritée, ou refusait de céder à une demande, elle précisait toujours que c’était pour mon bien !
En voila, une argumentation qui est fine, vous allez payer votre carburant plus cher, votre bagnole qui n’a pourtant pas beaucoup de kilomètre ne vaudra plus rien, une des rares productions encore fabriquée en France, avec une grande compétence sera sacrifiée, qu’importe du moment qu’on a la santé.
Depuis quelques jours, à la place des informations sur la qualité de l’air, on ne parle plus que des particules fines, desquelles parle-t-on, quelles sont leur taille, d’où viennent -t-elles, par quoi sont-elles produites ? Comment sont-elles mesurées?
Aucune étude scientifique n’a été conduite, C’est de l’enfumage !
Les banques et le MEDEF n’ont rien à dire, c’est qu’ils ne craignent rien

C’est ainsi que le capitalisme est grand

Père Denis

Publicités