HOLLANDE FILS CACHÉ DE REAGAN ET THATCHER

BILLET DUR DU PÈRE DENIS
François Hollande se défend d’être gagné par le libéralisme, « c’est tout le contraire puisque c’est l’état qui prend l’initiative et qui fait en sorte que nous puissions renforcer notre pacte productif » mais le capital a toujours eu besoin de l’État pour drainer vers lui l’argent public. Quand l’ennemi de la finance prend comme conseiller un ancien banquier d’affaire chez Rothschild, il n’est pas surprenant qu’il considère que le capital est seul créateur de richesses, que les profits d’aujourd’hui, la distribution de dividendes, après avoir servi à améliorer encore les salaires des dirigeants du CAC40, finiront par déboucher sur la création d’emploi. Emmanuel Macron et Jacques Attali ont bénéficié d’une tribune dans le journal Les Échos de Bernard Arnaud où ils ont pu sans risque d’être contredits s’auto-congratuler sur les bienfaits de ces choix ultra libéraux. Dans le même temps, le Président poursuit le dé-tricotage des dispositions mises en œuvre par Ambroise Croizat sur la base du programme du Conseil National de la Résistance exigé notamment par Denis Koesler ex dirigeant du Patronat. Je ne citerais que l’article 34 de l’ordonnance du 4 Octobre 1945 qui prévoyait que la cotisation des allocations familiales est intégralement à la charge de l’employeur. Personne ne doute que l’ensemble de ce dispositif provoque chez les prolétaires ( salariés et chômeurs) un profond mécontentement et un profond dégoût d’avoir été trahis par ceux qu’ils ont élu. Pour prévenir d’éventuelles réactions, le mari d’une journaliste des Échos, Michel Sapin est à un poste stratégique, bien secondé par son Directeur Jean Denis Combrexelle qui il n’y a pas si longtemps déjeunait régulièrement avec le spécialiste des caisses noires du patronat. Le Ministère chargé de l’Inspection du travail l’asphyxie par manque de moyen et met en place une réforme qui prive les agents de contrôle de leur indépendance et des moyens juridiques de leur intervention. Le dernier arrêté sur le travail du dimanche est un modèle du genre. Ajoutons la criminalisation de l’action syndicale le refus d’amnistie des faits commis à l’occasion d’actions syndicales, la chasse aux syndicalistes, et si nécessaire l’appel à Valls toujours prêt à donner un coup de main. Toutes ces précautions étant prises, le Président est prêt à laisser la place à un dialogue social sécurisé. Pour compléter le tableau signalons le projet de suppression de l’élection des conseillers prud’hommes qui va décrédibiliser cette institution. Un mois après Noël, il serait temps de se débarrasser du Sapin, il sème des épines sur la moquette! Le patronat sait placer les bonnes personnes aux bons endroits
C’est ainsi que le capitalisme est grand

Père Denis