BONNET, VALLS ET LES CASSEURS

BILLET DUR DU PÈRE DENIS
En 1979 Valls avait 17 ans en, l’âge de se souvenir de la grande manifestation des sidérurgistes du 23 Mars 1979. Entre 200 et 250000 personnes venues de la région parisienne et de toute la France pour défendre la sidérurgie et plus largement la satisfaction des revendications d’emploi de salaire, de réduction du temps de travail, de défense des libertés. C’était le 3ème gouvernement Barre sous VGE, le meilleur économiste de France était très contesté, « Barre 1, Barre2, Barre toi » entendait-on dans les manifs. Christian Bonnet était Ministre de l’intérieur, il s’est particulièrement illustré à l’occasion de cette grande manifestation de la place de la république où trois cortèges s’étaient rejoints à Opéra lieu de la dislocation.Le service d’ordre de la CGT qui précédait le cortège pour veiller à ce que celle-ci se déroule sans problème repère un groupe cassant des vitrines et lançant divers projectiles sur les forces de l’ordre. Le groupe est encerclé, et selon une technique éprouvée pour éviter une fouille au corps, prennent les casseurs par les pieds et les secoue vivement la tête en bas. Surprise, des poches de l’un d’eux vêtu d’un pantalon loqueteux, d’un blouson vert un casque de motard sur la tête, tombe une plaque de police, un laisser passer de gardien de la paix, un brassard de police, un pistolet de police et tous ses autres papiers. Par ailleurs, une Fédération de police dénonce les retards dans les ordres d’intervention contre les casseurs, les défauts de placement, les contre-ordres etc. L’essentiel était de permettre à tous les média du lendemain de ne parler que des désordres et de la casse. Il ne restait plus ensuite qu’à s’appuyer sur ces faits pour prendre des mesures destinées à limiter le droit de manifestation au nom du maintien de l’ordre public. A voir les images de la manifestation contre la construction d’un nouvel aéroport à Nantes, des tracteurs, des familles, j’ai l’impression de revivre le 23 Mars 1979, le parcours était connu, ce n’est pas de canon à eau dont on avait besoin, il paraît que l’on connaissait les groupes dangereux, quels étaient les ordres pour les encadrer. Aujourd’hui Ayrault persiste dans son projet très impopulaire, Duflot soutien les manifestants dans le cortège étaient présents Mélenchon, Eva Joly, José Bové, Christian Troadec Maire DVG de Carhaix, ce sont les ultra gauche dénoncés par Valls Et pendant ce temps, Vinci les banques déjà engagées dans le projet imaginent leurs futurs profits
C’est ainsi que le capitalisme est grand

Père Denis

Publicités