31 juillet 1914 – Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

« La guerre [14-18] a été un règlement de comptes entre oligarchies qui se disputaient leurs possessions, leurs colonies et leurs zones d’influence, au début du XXe siècle, comme le traité de Versailles, signé le 28 juin 1919, véritable « paix des vainqueurs », en apportera la preuve.

Mais la guerre a aussi été un règlement de compte entre ces oligarchies et les peuples qui cherchaient, difficilement, douloureusement, depuis la Commune de Paris de 1871, leur chemin vers plus de liberté, d’égalité, de justice. »

Lire la suite de l’article de l’Humanité Dimanche 31/07/2014 →

PIERRE LAURENT : « LAISSER PARLER JAURES »

Dans un vibrant hommage au grand leader socialiste mort il y a exactement un siècle, le secrétaire général du PC fustige « Ceux qui maquillent leurs mesures de régression sociale et économique derrière les mots de Jaurès » et rappelle la résonance contemporaine des engagements et des combats du fondateur de l’Humanité.

« Je ne suis pas un modéré, je suis avec vous un révolutionnaire. » Oui, Jean Jaurès, ce militant de la civilisation humaine, cet infatigable défenseur de la paix et du progrès, était un révolutionnaire de son temps, avec son temps. Aux libres interprètes contemporains de gauche ou de droite voire d’extrême droite qui cherchent à l’enrôler, pour ne pas dire à l’usurper, nous disons aujourd’hui, cent ans après que les deux balles tirées à bout portant par Raoul Villain lui ait fauché la vie : « taisez vous et laissez parler Jaurès ». Pas une page qui ne dise en effet son ardent désir de libérer l’humanité. Dans notre France de 2014, Jaurès a fort à nous dire. Oui, laissons là les usurpateurs et écoutons cette voix forte, chaleureuse, généreuse d’un homme enraciné dans la réalité vivante du peuple et agissant sans relâche pour les valeurs universelles d’humanisme qui fondèrent le socialisme français.

La guerre tue à Gaza, en Irak, en Syrie, en Lybie. La guerre, c’est pour préparer la paix, nous disent-ils encore. Mais la guerre appelle la guerre et toujours plus de barbarie. Où sont les leçons de Jaurès ? « Si chauvins de France et d’Allemagne réussissaient à jeter les deux nations l’une contre l’autre, la guerre s’accompagnerait de violences sauvages qui souilleraient pour des générations le regard et la mémoire des hommes ». La souillure est là. Mais Jaurès n’avait pas seulement alerté, il avait dit la cause : « tant que dans chaque nation, une classe restreinte d’hommes possèdera les grands moyens de production et d’échange (…), tant que cette classe pourra imposer aux sociétés qu’elle domine sa propre loi qui est la concurrence illimitée (…), il y aura des germes de guerre. »

Publicités

Une réflexion au sujet de « 31 juillet 1914 – Pourquoi ont-ils tué Jaurès ? »

  1. Ping : Pour l’exemple… | Le Parti communiste Français à Noisiel et Lognes membre du Front de Gauche

Les commentaires sont fermés.