D’avril à juin, les dividendes ont augmenté de 30 %

Pendant que le gouvernement implore les entreprises d’investir et d’embaucher, ces dernières empochent les deniers publics 
pour mieux arroser les actionnaires.

 

[…] Rappelons que c’est, officiellement, pour compenser la perte de 40 milliards d’euros de marges essuyée par les entreprises depuis la crise de 2008 que le gouvernement a mis en place un crédit d’impôt de 20 milliards d’euros. Un calcul une fois de plus discrédité après la publication par le Financial Times d’une étude réalisée par le fonds d’investissement Hendreson Global Investors. Selon les données récoltées, les entreprises européennes auraient distribué entre avril et juin dernier pas moins de 115 milliards d’euros de dividendes, soit une hausse de 20 % par rapport à l’an dernier.

Un vrai gaspillage de l’argent public
Et l’étude nous apprend que le gonflement de l’enveloppe pour les actionnaires vient essentiellement de la part versée par les entreprises françaises, qui a progressé de plus de 30 %, grâce notamment à l’apport de banques comme la Société générale ou encore le Crédit agricole. Or 2013 s’était déjà avéré être une année faste pour les actionnaires qui avaient empoché quelque 36.8 millions d’euros, déjà en progression de 9.2 %.
[…] Les 135.5 millions d’euros accordés aux banques sont donc un pur effet d’aubaine. A ce titre, les 26 millions touchés par la Société générale ou les 40 millions du Crédit mutuel sont de prodigieux exemples de gaspillage d’argent public.
[…] Le scandale s’accentue lorsque l’on sait que cette banque [la Société Générale] a dégagé au second trimestre, un bénéfice net supérieur aux attentes de 1.03 milliards d’euros, auquel s’ajoutent les 2.2 milliards d’euros de bénéfices engrangés pour l’année 2013. D’ailleurs les chiffres de l’Insee publiés jeudi montrent que si les entreprises ont commencé fin mai à toucher le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi, l’investissement a reculé au deuxième trimestre.
[…] La remise en cause du Cice est indispensable alors que ce dispositif va monter en flèche, son montant devrait augmenter de 50 % (le taux passant de 4 % à 6 % de la masse salariale ne dépassant par 2.5 fois le SMIC).

Voir en entier l’article de l’Humanité du 19/08/2014 →