Le Pass Navigo à tarif unique


…est sur de bons rails.
Plus rien n’empêche sa mise en œuvre pour 2015. Un accord a été entériné par l’Assemblée. Le ticket mensuel devrait coûter autour de 70 euros. Maintenant il faut obtenir un financement par les entreprises…
Permettre à l’ensemble des Franciliens de se déplacer dans les mêmes conditions tarifaires avec des moyens de transports de qualité, renforçant ainsi l’égal accès de tous à la culture, à la formation, aux loisirs, au travail, alors même qu’aujourd’hui trop de nos concitoyens se trouvent éloignés des centres urbains par la flambée de l’immobilier est une mesure de justice sociale et d’égalité. C’est une mesure structurante pour la région parisienne !

Le PCF propose aujourd’hui de créer un financement s’élevant à 0,3 % de la masse salariale des entreprises de plus de 9 salariés. Et exige également une contribution financière de ces bénéficiaires des transports publics que sont les centres commerciaux et les activités de loisirs. Cela permettrait d’apporter les ressources nécessaires, de l’ordre de 650 millions, pour financer non seulement cette mesure de justice (400 millions) mais également pour contribuer à la nécessaire modernisation des réseaux.
L’action des communistes au STIF depuis 2004 a déjà permis diminuer le nombre de zones de huit à cinq, d’obtenir des tarifs sociaux, un tarif unique pour tout le week-end et deux augmentations du versement transport en 2010 et 2012.
En 2011, le 27 octobre les parlementaires communistes, républicains, citoyens ont présenté des propositions concrètes pour assurer le financement des infrastructures ferroviaires et pour permettre à toutes les régions d’assumer leurs compétences en matière de transports collectifs.
Ils ont proposé « la nationalisation des sociétés concessionnaires d’autoroutes et à l’affectation des dividendes à l’agence de financement des infrastructures de transports »
Le 16 novembre 2012 le groupe communistes, républicains, citoyens et les élus déposaient au sénat un amendement retoqué par la majorité parlementaire, qui aurait permis d’engranger des recettes à hauteur de plus de 700 millions par an et non 175 millions comme l’amendement adopté. Les sénateurs du groupe CRC s’ inquiétait à l’époque de la faible marge de manœuvre financière dégagée empêchant la mise en œuvre d’un pass navigo unique (au tarif des zones 1 et 2) et une amélioration significative de l’offre de bus.
« Nous arrivons à la dernière étape, nous devons l’emporter ! Les communistes sont parvenus à fédérer toute la gauche. « Les Verts revendiquent désormais haut et fort ce tarif unique régionalement, mais il faut réussir à rassembler pour un véritable projet de loi permettant à la fois le financement de cette mesure et la modernisation des réseaux »
Au-delà des promesses … lorsqu’une idée s’empare d’une majorité de personnes elle devient une véritable force matérielle qui peut bousculer même les idées libérales !