C’est en s’attaquant à la violence sociale qu’on mettra fin aux violences urbaines.

Il y a 10 ans aujourd’hui, Zyed Benna et Bouna Traoré deux adolescents de Clichy-sous-Bois décédaient suite à un contrôle de police. La mort intolérable de ces deux jeunes avait conduit à ce que l’on a appelé à l’époque « la révolte des banlieues ».
Au lieu de répondre à l’urgence sociale qui s’exprimait, la première réponse faite par le ministre de l’intérieur Nicolas Sarkozy, a été la répression. On se souvient de son fameux discours sur le nettoyage des cités au « Karcher », dès le lendemain du drame.
Depuis, rien a changé. Pire, la situation s’est aggravée. A la répression, se sont ajoutées les politiques d’austérité qui n’ont fait qu’empirer les conditions de vie dans de nombreux quartiers. Les divisions dans la société, le racisme, la xénophobie, l’antisémitisme, l’islamophobie ont, par contre, prospéré. la suite ici