La sécurité de vie !

Prenons les problèmes à leur racine pour travailler à l’établissement d’une société harmonieuse et coopérative, réglée par des lois démocratiquement discutées et votées, régie par des institutions solidaires.

Au fil du temps et des combats, des projets de sécurisation de la vie ont progressé. Aujourd’hui, l’esprit de jungle qui gouverne ce monde semble vouloir mettre un terme à ces avancées en les détruisant peu à peu sous le feu roulant d’un capitalisme mondialisé et financiarisé.
Ce que Mme Parisot, alors présidente du syndicat du grand patronat, le Medef, justifiait en ces termes : « La vie est précaire, l’amour est précaire, pourquoi le travail ne serait pas précaire ? »
Autrement dit, tout est fatal et les représentants des forces de l’argent assurent la sécurité du capital tandis qu’ils organisent la précarité des travailleurs et la destruction des droits sociaux.
Pourquoi aller chercher plus loin les causes de nombre de nos maux ? Cette destruction est donc un choix délibéré. Elle est l’exact opposé de ce qu’a créé le mouvement syndical et progressiste français.
En effet, il y a 70 ans, les 4 et 19 octobre 1945, au sortir de la guerre, dans un pays exsangue, étaient signées, par le gouvernement provisoire de la République, les premières ordonnances donnant naissance à la Sécurité sociale. Ainsi naissait la grande et belle idée qui contribua à la reconstruction du pays et devint la colonne vertébrale du projet social français. la suite ici