La paysannerie en danger

Notre modèle d’agriculture est-il à bout de souffle ? Avec Jean Mouzat Président du Modef national, Laurent Pinatel Porte-parole de la Confédération paysanne et Xavier Compain Membre du Conseil national du PCF chargé de l’agriculture.
crise prix agriculture mobilisation citoyenneté Nous connaissons depuis plusieurs années une crise agricole sans précédent.
Nous sommes à la croisée des chemins entre un système agricole libéral, basé sur des fermes-usines appartenant à des investisseurs extérieurs qui ont pour but de casser les coûts de production pour augmenter la charge de travail des agriculteurs, et un système agricole familial, basé sur des exploitations à taille humaine où les agriculteurs sont maîtres de leur outil de production et s’insèrent dans la vie d’un territoire.L’élément clef entre ces deux systèmes est le prix.
Voulons-nous que les agriculteurs puissent vivre de leur travail en obtenant un prix qui les rémunère ou cherchons-nous à ce que les agriculteurs s’adaptent à un marché mondial ultralibéral qui fait la course au moins-disant ? La suite ici … ou clic sur l’image !

Agriculture : Se réapproprier la régulation des marchés.
Une crise qui s’amplifie, des promesses qui ne sont pas tenues par le pouvoir, des luttes qui persistent. Cette crise agricole vient de loin, en témoigne un démantèlement de tous les outils de régulation, une accentuation de la libéralisation des marchés, un dumping social féroce, une concentration de l’agriculture dans les mains des géants de l’agro-industrie.

Une vision alimentaire et agricole à tous les niveaux, Europe, France, doit reposer sur une vraie ambition pour la société, sur la souveraineté alimentaire des peuples. Il faut aussi du courage politique pour affronter les institutions, multiples, et les marchés. Notre combat de communistes est d’en finir partout avec la faim ou le frigo vide. La croissance que nous voulons, est celle d’un développement en faveur d’une alimentation de qualité qui soit saine et accessible, et assise sur des productions relocalisées.

Il faut planifier les productions agricoles, se réapproprier la régulation des marchés. Encadrer les marges et les pratiques de la grande distribution ; définir des prix agricoles avec de vraies négociations sur les prix avec tous les syndicats, indiquer l’origine des produits agricoles (ou de la mer), transformés ou non ; protéger nos activités du vivant en cas de crise sanitaire ou climatique sont les propositions que portent nos parlementaires.

En Europe aussi, il y a besoin de redéfinir des principes politiques, notamment avec le retour de prix indicatifs,de préférence communautaire ou de clause de sauvegarde. A l’occasion des négociations sur le TAFTA (Europe / USA) nous demandons d’y inscrire une exception agricole.

Une délégation du PCF sera présente, le 2 mars 2016, au Salon International de l’Agriculture *. Pierre Laurent, Secrétaire National du PCF, s’adressera le 4 mars 2016 au monde agricole. *Alain BACHE, Secrétaire Départemental des Landes Hervé BRAMY, Conseil National du PCF, responsable de l’écologie Cécile CUKIERMAN, Sénatrice de la Loire Xavier COMPAIN, Conseil National du PCF, responsable de « l’Agriculture, Pêche, Forêt » Patrick LE HYARIC, Député Européen Michel LE SCOUARNEC, Sénateur du Morbihan Sylvie MAYER, responsable à l’Économie Sociale et Solidaire Nathalie VERMOREL, Secrétaire Départementale de Saône-et-Loire

Publicités