Solidarité au peuple irakien

Attentat de Bagdad. Le communiqué sur le site du PCF : Apporter aux forces démocratiques et progressistes irakiennes le soutien dont elles ont besoin pour ouvrir une perspective de paix en Irak.solidarité internationale Irak
L’attentat de Karrada, quartier de Bagdad, du dimanche 3 juillet a fait 250 morts et plus de 200 blessés. Près de 150 corps ne sont pas encore identifiés.
Ce massacre, revendiqué par l’Organisation de l’État islamique, n’a toutefois suscité aucun réel mouvement de solidarité internationale La suite ici

Les mots qui fâchent par Philippe Torreton dans l’Humanité du Samedi 9 Juillet
Novembre 2015, les couleurs de la France sont reprises partout sur la planète, Sidney, New York, Moscou, c’était émouvant, le monde pensait à nous et nous le prouvait.
Nous en avions besoin, plusieurs attentats avaient répandu la mort dans Paris. Les noms et les sourires des victimes apparaissaient dans les journaux, nous apprenions le singulier dans le pluriel de la mort.

Mars 2016 les couleurs de la Belgique chagrinent la Tour Eiffel, d’autres noms, d’autres visages apparaissent dans les journaux, le même besoin de prouver à l’autre que nous sommes frères de douleur.

Juin 2016, c’est le drapeau arc en ciel de la communauté gay qui illumine à son tour la Tour Eiffel et plusieurs bâtiments symboliques de part le monde, sourires d’avant, futurs brisés, nous faisons bloc.

Si demain un attentat devait ravager des vies en Espagne à Londres ou Berlin nul doute que des couleurs symboliques viendraient pleurer sur nos façades officielles.

Plus de 200 morts en ce début juillet à Bagdad, une bombe dans un camion frigorifique, un quartier en flammes. Des vies, des études, des métiers, des histoires d’amour pulvérisées par des barbares, comme à Paris, Bruxelles et Orlando, pour les mêmes déraisons, au nom de la même folie et pourtant nos palais officiels, nos tours, nos gratte-ciels ne se parent d’aucunes couleurs, à part une tentative désespérée sur les réseaux sociaux de ce jeune irakien pour mettre des visages et des histoires sur ce tas de morts, nos journaux restent désespérément informatifs.

Pourtant l’Irak se bat tous les jours contre Daesh, son peuple résiste à cette barbarie et ce peuple, plongé dans la guerre depuis des années, a certainement besoin de signaux fraternels, la Tour Eiffel, l’Opéra de Sidney, la porte de Brandebourg revêtue de rouge de blanc de noir et de vert par exemple, des familles auraient peut-être apprécié de savoir leurs morts cousinés aux nôtres dans nos journaux.

Bien sûr Bagdad explose presque chaque jour et presque chaque jour des civils meurent déchiquetés mais un attentat de cet ampleur n’est pas quotidien et méritait que notre compassion se penche un instant sur ce massacre.

Notre compassion est finalement relativement en phase avec la répartition des richesses dans le monde. Et c’est pourquoi il y aura encore des bombes et des massacres chez nous.

Publicités