Marche pour la paix

Journée internationale : Marches pour la paix en France le 24 septembre
Nous reproduisons ici des extraits d’un communiqué du mouvement de la paix allemand : Ce matin, partout au monde, a lieu la commémoration du bombardement d’Hiroshima et Nagasaki, dont en ce moment à Berlin, à coté de la cloche de la paix. Vous vous souvenez peut-être, il y a quelques mois, le président Obama a été en visite à Hiroshima. Il parlait de l’amitié entre les peuples et qu’il faudrait éviter les guerres. – c’est bien, mais ou sont les conséquences de ces propos dans la réalité d’aujourd’hui?

Actuellement on s’engage avant tout contre l’élargissement de l’Otan à l’Est, la participation de la Bundeswehr (l’armée allemande) aux guerres, pour la disparition des armes nucléaires du sol allemand et leur élimination en général, et pour la dissolution de l’Otan.
marche pour la paix 24 septembre
Les armes nucléaires sont modernisées pratiquement partout, y compris sur les bases américaines en Europe. Ils produisent des mini-nukes, une bombe atomique à l’effet regional. L’Otan s’élargit de plus en plus autour de la Russie. Le risque d’une guerre nucléaire au centre de l’Europe monte.

Les maisons ne devraient pas brûler. On ne devrait pas connaître des bombes, pas en Syrie, pas en Irak, pas en Palestine. Des centaines de milliers de morts, et autour d’eux un grand nombre de personnes, qui sont concernés comme blessés, membres de famille, voisins, et qui sont laissés dans une situation impuissante. Est-ce que c’est étonnant, s’il y a de la colère et de la haine qui monte?

La colère et la haine ont surgi, quand les soldats américains ont torturé et humilié des irakiens. Toujours en Irak, les Etats Unis ont utilisé des munitions à l’uranium appauvri. Celui qui a vu les images des nouveau-nés et des naissances morts avec leurs mutilations horribles et qui ose encore parler des valeurs de la culture occidentale, que les mots lui restent coincé dans la gorge.

La vie ne devrait pas être une punition. Les mères ne devraient pas pleurer. Il y a d’innombrables mères qui pleurent dans des pays, ou l’occident n’intervient pas avec les armes. 2,2 milliards d’hommes vivent dans la misère. Dans les pays du sud, des millions meurent de faim, par le manque de médicaments, de l’eau et des guerres civiles, causées par la misère. Mais le FMI les oblige à rembourser les dettes en devises et à cultiver des produits que nous achetons pas cher ici.

Cette guerre économique – tout comme la guerre aux armes – rend certains riches encore plus riche. Nous ne voulons pas nous contenter avec cela. Tous devraient construire quelque chose – nous dit Brecht. Les maisons brûlés devraient être reconstruites. La terre devrait être gérée et cultivée par les gens qui y vivent. Et pour nos pays soit appliqué de payer des prix équitables pour les produits agricoles et toute autre matière première. C’est ca ce qui donne de la confiance.

Ne faites pas confiance à la propagande de guerre! Elle utilise le mensonge pour convaincre le propre peuple, aussi bien que l’étranger, qu’une guerre soit inévitable. L’Allemagne nazie l’a fait en 1939 avec l’invasion de la Pologne, et les Etats Unis l’ont fait en 2003 lors du bombardement de l’Irak.

Aujourd’hui on utilise le mensonge contre la Russie. La confiance ne se develloppe que dans la paix. Les jeunes devraient y parvenir. Les anciens aussi… termine Bertold Brecht. La confiance devrait se develloper dans les banlieues de Paris et à Bruxelles-Melenbeck. La confiance devrait croître dans les pays détruit par la guerre. Les armes devraient se taire. Les maisons sont à reconstruire. Il faudrait que les gens peuvent vivre de leur travail. Ils devraient disposer eux-mêmes de leur pays et leurs matières premières. Alors l’EI ne sera plus une issue pour eux.

Ce sont des voeux pieux, dit-on, cette habitude laxiste ne donnera pas la paix. Cependant, autres que les vies humaines, ces guerres coûtent énormement d’argent, du matériel, et de l’intelligence humaine. Tout cela devrait nous inspirer pour trouver des alternatives. Et ces alternatives existent. Mais comm l’Otan ne pense que dans les catégories de guerre, les alternatives n’ont pas de chance. Les anciens en Allemagne ont vécu, que la guerre, incitée par l’Allemagne, est revenue au pays, jusqu’à sa destruction presque complète.

Oui, les guerres retournent à leur lieu d’origine, d’une manière ou d’une autre, et y frappent leurs victimes au hasard. Paris, Bruxelles, Nice, St. Etienne … Nous pleurons ces hommes, femmes, enfants, devenus les victimes des actes criminels. Et nous pleurons les nombreuses victimes de la guerre au proche et moyen orient, en Afghanistan, nous pleurons les mères et leurs enfants morts. Au nom des 87 millions d’enfants, qui vivent actuellement dans les zones de guerre, nous demandons:

Personne ne devrait être obligé de tuer quelqu’un. Tous devraient construire quelque chose. Ensuite, on pourra faire confiance à tout le monde.Les jeunes devraient y parvenir, les anciens aussi.