Le numérique : avenir du capitalisme ?

Les start-up, le fantasme de la réussite pour tous !
« En dix ans, ce nouveau modèle de réussite offre une cure de jouvence au capitalisme. » Les start-up et entrepreneurs sont chouchoutés par nombre de candidats à la présidentielle, ils seraient innovants et créateurs d’emplois. Plongée au cœur de la réalité économique de ces jeunes pousses trop à la mode.

« La start-up est le consensus social-libéral de notre époque »
… Elle est aussi glorifiée comme célébration de la jeunesse; la start-up permet d’offrir une cure de jouvence au capitalisme. Mais le développement des start-up ne consiste souvent qu’à trouver des moyens de collecter des données relatives à chaque séquence de notre existence, avec des applications et des capteurs que l’on veut placer partout : sur les biberons, les balances, les miroirs, les vêtements connectés… Dans le but de monétiser tous les champs de la vie. Et tout cela est considéré par la société comme un modèle bienvenu, qui va nous guérir de tous nos maux, sans en saisir les conséquences. Comment un tel aveuglement est-il possible ?

Ubérisation du travail : Ce que cache le tout entrepreneur !
Derrière le mirage se dessine un avenir de précarisation extrême pour tout un chacun, fait de casse des droits collectifs assimilés à des « rigidités » dépassées, et de dérégulation profitable à d’autres, à coups de baisse d’impôts et de cotisations sur le capital et sur les revenus et patrimoines des plus aisés au nom de la priorité à « l’investissement » dans les secteurs dits innovants » L’avenir que cet outil qu’est Internet réservera demain aux millions de salariés ressemblera-t-il de plus en plus au présent de ces « travailleurs indépendants » sans droits, ni horaires, ni paie garantis ?