Blanc bonnet, Bonnet blanc !

On n’est jamais si bien reconnu que par les siens. L’économiste libéral Nicolas Bouzou l’affirmait récemment sans crainte : « Le programme de Macron est de même nature que celui de Fillon. » Le très libéral think tank Ifrap a d’ailleurs du mal à les départager dans son évaluation des programmes économiques, tous deux « procèdent à des économies de dépenses nettes qui font diminuer le poids des dépenses publiques dans le PIB ».

Il préfère finalement Fillon, « le seul candidat à opter pour une stratégie de baisse des prélèvements obligatoires ». Nicolas Bouzou concède que « si Emmanuel Macron prévoit à ce stade beaucoup moins d’économies que François Fillon, c’est sans doute qu’il anticipe plus que lui la résistance des Français en cas de réformes trop radicales »…

Comment ne pas donner crédit à François Fillon quand, cri du coeur, il s’exclame que Macron « copie » son programme ? Bouzou, encore, distingue bien que Fillon « n’accompagne pas sa politique d’un plan d’investissement conséquent », que Macron met « beaucoup plus l’accent sur la transition écologique », pour conclure que « les deux programmes se distinguent principalement par leur dimension », en ce qui concerne la réduction de la dépense publique.macron fillon libéralisme élection présidentielle

Même dans les angles morts de leurs programmes, les deux se rejoignent : sur l’évasion et la fraude fiscales, Emmanuel Macron veut « alourdir les sanctions » sans plus de précisions qui inquiéteraient les multinationales et les fraudeurs, tandis que François Fillon n’en fait pas mention dans son programme.

La seule fraude qui l’intéresse est celle à l’assurance-maladie, marginale. Comme s’il n’y avait aucun problème à voir filer 80 milliards chaque année.

Alors, n’y aurait-il que des différences de style, de degré seulement entre ces deux candidats ? Austérité, libéralisation, stigmatisation… L’Humanité a passé en revue les points saillants de leurs programmes économiques. Au jeu des différences, il faut avoir l’oeil aiguisé. La revue de détail des deux projets c’est dans l’Humanité.fr