BILLET DUR DU PÈRE DENIS
NOUVELLE « BATAILLE DU RAIL » LES CHEMINOTS RÉSISTENT

Cette nouvelle affaire
de casse du service public me touche particulièrement : Je suis né dans une maisonnette de garde barrière. Mon père est décédé l’année de ma naissance, ma mère faisait des lessives, du jardin, élevait quelques poules et des lapins pour nous habiller décemment et nous faire manger mon frère et moi. Elle avait été « placée » et n’était pas allé à l’école, heureusement pour nous l’école publique rattrapait ce handicap !

Les Locomotives étaient à vapeur, et le cheminot qui alimentait le foyer laissait tomber « accidentellement » quelques briques de charbon dans le jardin. Lorsque certains venaient nous rendre visite, ils me disaient que je n’étais pas né dans un chou mais sous une traverse. J’avais aussi droit à un carnet de « permis », ce qui me permettait d’aller voir mon frère qui travaillait comme chef de district voies et bâtiments à TOULOUSE .

Engagé à la CGT et dans le mouvement mutualiste, il a été un exemple, même si je n’ai pas fini cheminot. Il y avait déjà un combat pour un tarif unique au Km parcouru. Ce n’est pas non plus la première fois que l’on s’attaque au statut de Société Nationale des Chemin de fer Français.

Comme pour les fonctionnaires, on présente les garanties dont ils bénéficient comme des privilèges, les titulaires de carte de presse s’en donnent à coeur joie !

C’est bien sûr le fondement du rapport Spinetta. Cet homme est très bien placé au classement des grandes fortunes françaises, j’ai cependant eu beaucoup de mal à trouver ses revenus, il mange à beaucoup de rateliers. Il est passé par Science Po, l’ENA, et le parti socialiste.

En 1999, il se charge de la privatisation partielle d’Air France. Ancien Président du conseil de surveillance d’AREVA, ancien PDG d’air France KLM, il siège au conseil d’administration d’Alcatel Lucent, de Saint Gobain, de Engie.

En 2008, il était le 41ème patron le mieux payé de France. Actuellement, pour son argent de poche, il doit bien disposer de 3 Smic mensuel par jour.

La concession au privé de la SNCF ne fera pas baisser le prix des billets, on a vu ce que les concessions des autoroutes donnent sur le prix des péages Il faut garantir les profits

C’est ainsi que le capitalisme est grand

Père Denis