Révolution numérique … libérale !

Pour les « libéraux » l’histoire est déjà écrite elle sera celle de l’aggravation des inégalités sociales avec comme horizon un recul social civilisationnelle sans précédent. idées libérales révolution numérique

Qu’on en juge, j’ai repris ici des extraits des écrits d’Anna-Christina Chaves de la Fondation Concorde dans le journal Le Monde du 17.01.2017 avec en gras ce qui constitue l’axe de leur combat …

Cette troisième révolution industrielle qu’est l’automatisation présente pour la France un double défi: celui de la compétitivité d’une part et celui de l’adaptation du modèle social aux nouvelles formes de travail d’autre part.

Si par le passé elle n’a pas su préserver son moteur industriel, elle doit aujourd’hui réussir la transition numérique: transformer le risque en opportunité, pour éviter un nouveau décrochage.

… Les candidats libéraux cherchent au contraire à anticiper cette révolution, conscients qu’elle porte en elle les jalons d’une nouvelle économie. Ils proposent de baisser le coût du travail. Mais, parce que ce n’est pas le seul levier pour développer l’emploi, il est également question d’alléger les contraintes réglementaires avec la simplification du code du travail, de rendre plus flexible le recours au contrat de travail et de rendre moins aléatoire sa rupture.

La France peut et doit tirer parti de la révolution numérique plutôt que la subir. Comment ?

Une première mesure simple et dont les effets seraient rapides sur le front de l’emploi consiste à atténuer les effets de seuils sociaux, qui sont si souvent des freins à l’embauche supplémentaire.

Pour cela il faut des réformes nécessaires

La réforme nécessaire du régime d’assurance-chômage passera sans doute par une forme de dégressivité des allocations, mais ne doit-elle pas surtout passer par une meilleure adaptation aux besoins de formation des chômeurs en vue de leur employabilité

La formation est l’un des enjeux majeurs de cette nouvelle révolution technologique. Un contrat dérogatoire au Smic ne devrait-il pas être envisagé pour ramener au sein des entreprises les personnes durablement éloignées de l’emploi ?

La question du travail indépendant cristallise une problématique beaucoup plus large qui touche à notre modèle social dans son ensemble : dépasser la logique de droit du travail vers un droit de l’activité professionnelle, et interroger notre système de protection sociale vers un droit plus universel et à terme plus compétitif.