La révolution numérique, pour quelle finalité ?

« Révolution numérique – Entre aliénation et émancipation. Rencontre débat organisé dans le cadre des états généraux de la révolution numérique au siège du pcf le 12 février 2016. Avec Pierre Laurent et Bernard Stieglernumérique, informatique, data

En 2018 le PCF a organisé les 9 et 10 mars les 3e États généraux de la Révolution numérique sur le thème de «reprenons le pouvoir». Sur tous les enjeux de la révolution numérique disputons le pouvoir au capitalisme. Loin de toute fascination technophile ou d’effroi technophobe, par une démarche ouverte d’échanges faisons du PCF le creuset d’une pensée politique critique de la révolution numérique débouchant sur des luttes émancipatrices.

La révolution numérique, avec les révolutions écologiques, démographiques et urbaines, est l’une des grandes transitions qui travaillent l’humanité.

Elle nous confronte en permanence, à des flux informationnels continus et accélérés. Nos perceptions, nos modes de raisonnements, nos manières d’agir, nos rapports à la culture, à la connaissance et aux autres, le travail, le fonctionnement de notre cerveau et de notre psychisme, en sont profondément modifiés. Elle bouleverse le travail, la structure des entreprises et des institutions. Hier l’être humain sollicitait essentiellement sa mémoire et son aptitude aux raisonnements algorithmiques, aujourd’hui la créativité et l’invention deviennent décisives.

Elle est le produit
du capitalisme globalisé et financiarisé et elle l’a rendu possible, mais dans le même mouvement son développement par le partage des savoirs et par les possibles qu’elle ouvre, offre des leviers inédits de dépassement du système. Elle est tension permanente entre émancipation et aliénation.

Les luttes contre l’uberisation, pour l’appropriation des plateformes, le droit à la déconnection, les enjeux autour de la robotisation, de l’intelligence artificiel, du big-data,.. montrent qu’elle est devenu un terrain déterminant de la lutte des classes.