Page de discussion en vue du 36e Congrès

Cette page est mise à disposition de tous ceux qui souhaitent débattre et échanger dans la perspective de la préparation du 36e Congrès.

Il suffit à chacun de laisser un commentaire en bas de page.

Bonnes discussions !

2 réflexions au sujet de « Page de discussion en vue du 36e Congrès »

  1. Bon je me lance …
    Comme je suis hélas déjà ancien j’ai vécu 1968 1981… et le reste aussi ! notamment la révélation des crimes faits au nom du communisme, la chute des pays socialistes ou communiste ou s’en réclamant …et le parti communiste français se débattant avec çà, …pas très bien malgré ses avancées politiques et théoriques ( abandon de la dictature du prolétariat, ouverture d’une voie française au socialisme, la démocratie pousser jusqu’au bout à la fois comme but et comme moyen, la lutte au quotidien avant 1981 dans les entreprises et la population, dans les cités avec en main le programme du parti communiste « changer de cap » pour imposer un rapport de force à la base sur les conditions nécessaires au changement etc etc.. )
    Dans cette séquence historique pour changer la société face aux capitalistes et au premier d’entre eux l’impérialisme américain il y avait
    1_ La classe ouvrière des pays industrialisé et leurs partis révolutionnaires,
    2- Les pays accédant à l’ indépendances et s’engageant sur des voies appelés d’obédience marxistes ou non-alignés
    3_ Les pays socialistes vue sous l’angle souvent de camp socialiste avec le premier d’entre eux l’union soviétique !
    Dans ce contexte l’expansion capitaliste était contenu, obligé à la fois de composer avec cette réalité et la combattre !
    Comme l’avais résumé à une certaine époque le patron des patrons, l’équivalent de Mme Parisot, Mr Gattaz « On ne fait pas la même politique avec un parti communiste à 20 % qu’à 5 %… » et par extension au niveau international c’était kif kif …

    ci-dessous quelques liens iconoclastes sous forme de rappel, de cette période et questionnant l’avenir !
    Nasser et la demande islamiste de voile
    http://blogs.rue89.com/mon-oeil/2012/09/30/nasser-la-bonne-blague-les-freres-musulmans-veulent-voiler-toutes-nos-femmes
    L’ancien président algérien Ben Nella confrontés à un problème plus large que la libération de son pays : le système mondial
    http://josefort.over-blog.com/article-ben-bella-ni-cause-ni-guerre-sacree-103246828.html

    c’était pas la panacée …. et ce chemin a été pour l’essentiel brisé, cassé par l’adversaire de classe… et s’il nous faut interroger le neuf qui émerge sous l’ancien … nous vivons encore et aussi sous cet acquis-héritage ( ombres et lumières, acquis et pesanteurs,… ) un exemple : les luttes contre la décolonisation et notre passé colonial ( ne pas laisser l’adversaire de classe ré-écrire notre histoire commune ! )

    Comprendre la séquence historique dans laquelle nous avons basculée , afin d’ouvrir une nouvelle issue aux forces progressistes nécessite et va nécessité de notre part un gros effort théorique et pratique d’appropriation du réel … et à faire partager ! ( alors que la conscience des enjeux de classe a régressée et s’est estompée dans la tête de ceux qui justement sont le plus touché par les processus d’exploitation et d’aliénation ,

    une lutte politique sur les idées du changement s’installe à la fois contre l’adversaire de classe et la variante socialiste de la gestion du capitalisme et entre les différents acteurs politiques et intellectuels collectifs ou intellectuels qui veulent un changement de société et aussi à l’intérieur du PCF.

    Par exemple pour quel Europe ? des analyses doutent de pouvoir avoir la possibilité dans le cadre de l’europe libérale et de l’euro telle que cela se construit d’avancer vers une réelle perspective de changement
    Par Samir Amin, directeur du Forum du Tiers Monde et président du Forum Mondial des Alternatives
    http://www.pcfbassin.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=6063:limplosion-programmee-du-systeme-europeen&catid=65:actualites-2012&Itemid=6

    Nous devons saisir comme des opportunités stratégiques le fait de s’y confronter et de nourrir en retour et de faire progresser l’unité contradictoire que constitue l’intellectuel collectif qu’est le parti communiste, nous permettant de rendre lisible la complexité du réelle et de construire un processus révolutionnaire de transformation de la société

    … reconstruire un rapport de forces,
    …reconstruire une force populaire consciente d’appartenir à une communauté d’intérêts et de lutte ayant pour but la construction d’une société de liberté, d’égalité et de fraternité décidé à se libérer du capitalisme … est un passage obligé à toute construction pérenne d’une issue réellement transformatrice,

    Cela pose la question que voulons-nous ? comment y arriver ? Avec qui ? Dans quelle construction alliant luttes sociales et politiques et pour allez vers quel type de société
    cela pose on l’a compris aussi la question de l’outil, quel parti pour y arriver, et le comment avec quelles alliances avec quelle politique, quel stratégie. Evidemment tout est lié !

    Notre responsabilité en tant que parti révolutionnaire ( et çà ne se décrète pas ! ) c’est en 1er lieu de donner une perspective politique, un sens au combat quotidien alors que souvent les luttes sociales se mènent partout le dos au mur et leurs bénéfices particuliers quand il y en a pour les travailleurs sont et paraissent noyé dans une régression sociale et inégalitaire et un absence d’espoir et de solutions politiques pour le plus grand nombre et prioritairement vers ceux qui ont justement le plus à souffrir

    et pour en revenir à quel parti communiste, si je dis « construction d’un parti de classe et de masse » , concrètement cela veut dire quoi ?
    Ma modeste expérience localisée de communiste m’a vite amené à penser que le PCF ne peut tenir sa force et son originalité que de son lien le plus étroit avec le peuple, avec chacune des individualités qui le compose et c’est bien pour cela que son mode d’organisation n’est pas un problème technique mais bien un enjeu politique essentiel que de faire que le parti s’organise au plus près de la vie des travailleurs , C’est aussi un problème d’éducation politique et de formation de militant par le biais de la responsabilité et de la pratique, Cela devrait être un objectif stratégique pour le parti et faire l’objet d’évaluation au même titre que le nombre d’adhérents,
    être un parti de masse…être ou ne pas être… le PCF est à l’image de ce demi-dieu de la mythologie grecque Antée qui reprenait force à chaque fois qu’il était en contact avec la terre nourricière, et à chaque fois qu’il s’en éloigne il dépérit !

    à cet égard et en rapport avec cette réflexion ,… dans les futurs statuts je m’interroge sur la place de la cellule
    Je ne pense pas que la cellule occupe la place qu’il faudrait dans les futurs statuts et bien qu’il y fait mention que « le développement d’une activité tous terrains suppose une implantation de proximité au plus près des milieux de vie et de travail où se tissent les solidarités concrètes » en lisant le reste on s’aperçoit que c’est noyé dans « toute activité de proximité »
    et pour enfoncer le clou je note que la nouvelle clef de répartition des finances en trois (section fédération et direction nationale ) remplace la répartition des 4/4 ( cellules section fédération et direction nationale )
    on peut imaginer ce que cela implique ou pourrait impliquer dans notre fonctionnement, ou notre volonté politique de construire un parti de masse révolutionnaire, Imagine-t-on par exemple que les recettes se collectent ou, ou devraient aussi se collecter et ne pas faire l’objet d’un effort politique à la base ?
    Mais peut-être est-ce aussi entériner une certaine réalité ? ou se plier à une certaine facilité ? Mais est-ce souhaitable ?
    Mais cela peut aussi cacher une divergence de vue sur ce que doit-être le fonctionnement, l’organisation du PCF
    j’ai déjà développé un peu avant je m’explique si « le développement d’une activité tous terrains ( nécessaire et souhaitable bien sur ) suppose une implantation de proximité ( qui certes pourrait aussi prendre plusieurs formes en fonction des circonstances) » ce n’est pas pour autant que cela caractériserait le fonctionnement du PCF alors que si nous nous attachons à faire des cellules l’instrument privilégié de notre travail politique de notre rapport avec notre peuple, je dirais notre principale interface avec lui je pense que cela indique un choix politique lisible, ouvre une perspective plus concrète de construction d’un parti du peuple pour le peuple.
    Le problème n’étant pas de se focaliser sur le mot cellule ( encore que … ) mais sur la chose sa substance qui est d’être ce maillon ce creuset ou peut se nouer une relation privilégiée à toute cette diversité que constitue le peuple de France ce qui je pense est un peu plus qu’une relation de proximité !
    Afin d’aider et faciliter la réflexion sur cet aspect j’ai fait un scan avec le mot «  cellule » dans le projet des futurs statuts ci-joint ci-dessous les résultats

    en apparté pour notre cellule ( j’ose à peine ! ) ou notre section je propose comme aide à la formation qu’un onglet de discussion du 36ème congrès soit crée qui pourrait évoluer ( la pensée ne s’arrêtant pas à chaque congrès ) en textes d’analyse et de réflexion misent à la portée de la réflexion commune, et comme contribuant à la formation du militant et du lecteur,

    statut 173 à 178
    1.4 Une implantation de proximité dans la diversité des objets et des formes
    Le développement d’une activité tous terrains suppose une implantation de proximité au plus près
    des milieux de vie et de travail où se tissent les solidarités concrètes: avec notamment des cellules
    dans les quartiers, les villages, les lieux de travail ; et des sections ouvertes sur la société et faisant
    preuve d’initiatives. C’ est un besoin pour organiser l’activité communiste sur tout le territoire national

    statut 186 190
    Les sections dans lesquelles ils s’organisent, les cellules qu’ils constituent dans leurs quartiers, leurs
    villages, et leurs lieux de travail permettent aux communistes de développer leur activité au plus
    près des lieux de vie et de travail.
    L’existence du plus grand nombre de cellules, ouvertes sur la société, faisant preuve d’initiative est
    un besoin pour organiser l’activité communiste sur tout le territoire national.

    Statut 202 206
    Toute activité de proximité prend la forme que décident librement celles et ceux qui en prennent
    l’initiative. Elle peut être accompagnée de la création de cellule, d’un comité, collectif, groupe de
    travail, réseau, collectif de coordination… destiné à favoriser sa réussite et à en assurer la maîtrise
    démocratique par ses participant-e-s. A côté de nécessaires formes d’activité permanente, d’autres
    peuvent s’instaurer pour la durée d’une initiative.

    Statut 207 211
    Le développement de cette activité de proximité , notamment des cellules et sur les lieux de travail ,
    est de la responsabilité de toutes les instances .
    En coordination avec les instances du Parti, ces cellules, ces comités, collectifs, groupes de travail,
    réseaux, collectifs de coordination… décident de leur mode de fonctionnement, de leur financement
    et de leurs initiatives. Ils nourrissent le travail d’élaboration et d’initiative des instances du Parti

    statut 331 338
    4. La souveraineté
    La souveraineté appartient aux adhérent-e-s. Ils et elles l’exercent et l’organisent tant
    personnellement que collectivement dans toutes leurs activités de communiste, dans leur section, ou
    éventuellement leur cellule, dans leur lieu de résidence ou de travail, par leurs élus aux conseils départementaux et au Conseil national ainsi que sous toutes les formes et dans tous les lieux décidés en commun. L’exercice du droit de vote est ouvert par le paiement de la cotisation. C’est l’ADF qui fait foi du paiement des cotisations. Tout-e adhérent-e est membre de droit de son assemblée générale de section. Toute instance du Parti est tenue de respecter ce droit.

    Statut 381 a 387
    Dans les sections où le nombre important de communistes ou bien l’étendue trop grande du territoire
    fait obstacle à des réunions générales, les adhérent-e-s peuvent décider de se réunir en cellule ou
    sous des formes décentralisées.
    Les cellules rassemblent les adhérent-e-s d’un lieu de travail ou d’un territoire quand leur nombre
    permet le développement de leur activité à ce niveau de proximité.
    Lorsqu’une grande entreprise ou une zone d’activité rassemble, sur le territoire d’une ou plusieurs

    Statut 409 413
    l’exercice de la souveraineté de tous les adhérent-e-s de la section. Selon les réalités du terrain, l’exercice de cette souveraineté se fait en concertation étroite avec les cellules locales ou d’entreprise. Ce sont des lieux pertinents où les communistes se retrouvent pour analyser, proposer, décider et organiser l’activité. L’assemblée générale de la section élit son comité exécutif local avec son ou sa secrétaire.

    Statut 644 649
    Le produit de la cotisation des adhérent-e-s est réparti par tiers entre l’assemblée générale de la section, (50 %), le conseil départemental (25 %) la fédération et le Conseil national (25 %). Les sections reversent aux cellules qui en font la demande, 25 % du produit de la cotisation des adhérent-e-s concerné-e-s .En fonction des priorités arrêtées en commun, le budget de chaque instance doit comporter les aides financières aux organisations du Parti dépendant du territoire local, départemental ou national en priorisant les besoins de proximité.

    Statut 685 695
    Depuis la loi de 1988 sur le financement des partis politique permettant la perception de l’aide
    publique, notre formation doit obligatoirement tenir une comptabilité, arrêter ses comptes, les faire
    certifier par deux commissaires aux comptes (chargés de vérifier leur régularité et l’absence de
    financement par des personnes morales) et les déposer à la Commission nationale des comptes de
    campagnes et des formations politiques au plus tard le 30 juin de l’année suivant l’exercice
    considéré.
    En pratique pour notre Parti – en dehors des apports des associations de financement et de
    mandataires financiers – seuls le Conseil national et les fédérations appartenant au périmètre de
    certifications des comptes sont habilités à financer les fédérations départementales, le Conseil
    national et les comptes de campagnes électorales. Toute autre entité ou personne morale (section,
    cellule, association etc..) est exclue de ce dispositif.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s